EN | FR Espace privé Espace privé
 
 
 
 

Articles λµ "gestion de crise" Actualités Norme NF EN ISO 22301

Articles λµ "imprévisible, surprise"
 

Sécurité : comment gérer les surprises ? par Jean Caire (RATP) & Sylvain  (CONIX)

 

Résumé

Dans le monde actuel en perpétuelle évolution, il n’est plus possible d’éviter les surprises. Cet état de fait a une incidence très importante sur le concept même de sécurité qui doit évoluer du principe d’évitement des menaces vers l’idée de « l’absence de surprise insurmontable ». Les limites intrinsèques de la connaissance et les nombreuses faiblesses du renseignement rendent nécessaire une nouvelle stratégie qui combine la connaissance de la situation avec la capacité d’adaptation aux effets de surprise. Notre communication présente un ensemble de modèles destinés à développer les voies et moyens d’une telle stratégie.

 

VOIR LA COMMUNICATION

 

 

Explorer « l’imprévisible » : comment et jusqu’où ? par Nicolas Dechy (IRSN), Yves Mortureux (IMdR), Guy Planchette (IMdR), Christian Blatter (SNCF) JF Raffoux (IMdR)

 

Résumé

Plusieurs catastrophes ces dernières années (Fukushima, German Wings, Brétigny, Deepwater Horizon, Eyjafjöl, AZF, vache folle…) ont surpris les spécialistes laissant à penser à une nouvelle catégorie d’accidents « inimaginables », « impensables », « inconcevables », « imprévisibles », « inévitables ». Est-ce le cas ? Quelles ont été alors les limites des approches de gestion des risques ? Quelles nouvelles mesures peut-on par conséquent mettre en place ou que doit-on changer ? Leur caractérisation s’appuie sur une analyse empirique de certains cas et permet notamment de mettre en exergue certains aspects temporels qui participent à la cécité et à l’inaction. Si le défi opérationnel reste entier, des pistes de réflexion voire d’action en provenance de la recherche notamment et de certaines expériences remarquables sont disponibles et font apparaître des problématiques autour des données et de leur interprétation (ex. signaux faibles, lanceurs d’alertes), un besoin de remise en cause des cadres de pensée classique de gestion des risques (ex. approche cindynique, facteurs organisationnels et humains), la nécessité d’une plus grande gouvernance des risques avec l’ouverture de l’expertise et la reconnaissance de l’intérêt de croiser les points de vue avec les parties prenantes, notamment dissonantes, dans des espaces controversés.

 

VOIR LA COMMUNICATION

 

Retour