Intranet Se connecter Annuaire IMdR Annuaire IMdR
 
 
 
 

Sûreté de fonctionnement

La sûreté de fonctionnement (FR)

Discipline scientifique regroupant les activités nécessaires à la sûreté de fonctionnement des systèmes.

Note. Ce terme a remplacé celui de “fiabilité” encore utilisé parfois pour dénommer cette discipline. Les spécialistes de cette discipline sont notamment encore appelés fiabilistes.

Source : Signoret, Thing Leo, à paraître)

Dependability / Functioning sureness (EN)

Scientific discipline bringing together the activities necessary for the operating safety of systems.

Note. This term has replaced the one of “reliability” still used often to name this discipline.

Source : (Signoret, Thing Leo, à paraître). Traduction fr/en proposée par F. Claude

Vocabulaire de la discipline

Terme

Lang.

Définition

Source


Sûreté de fonctionnement (SdF)
FR
Aptitude à fonctionner quand et tel que requis.

Note 1. La sûreté de fonctionnement d'un système s’évalue sur des critères de disponibilité, de fiabilité, de récupérabilité, de maintenabilité, d’efficacité de la logistique de maintenance, de durabilité, de sécurité, de sûreté et de coût.

Note 2. Les critères de la sûreté de fonctionnement s’expriment individuellement soit comme des objectifs, soit comme des contraintes.
(IEC, 2021). IEV ref. fr 192.01.22

(Signoret, Thing Leo, à paraître)
Dependability / Functioning sureness
EN
Ability to perform as and when required

Note 1. The dependability of a system is assessed on criteria of availability, reliability, recoverability, maintainability, efficiency of maintenance logistics, durability, security, safety, and cost.

Note 2. The dependability criteria are expressed individually either as objectives or as constraints.
(IEC,2021). IEV réf. en 192.01.22

(Signoret, Thing Leo, à paraître). Traduction fr/en proposée par F. Claude

Exigence
FR
Besoin ou attente formulées, habituellement implicites, ou imposées.
(IEC, 2021). IEV Réf. fr 192.01.13
Requirement
EN
Need or expectation that is stated, generally implied or obligatory .
(IEC, 2021). IEV Ref. en 192.01.13

Qualité
FR
Aptitude d’un ensemble de caractéristiques intrinsèques d’un objet (produit, service…) à satisfaire des exigences.

Note 1. Le terme « qualité » peut être utilisé avec des qualificatifs tels que médiocre, bon ou excellent.

Note 2 : Le terme « intrinsèque », par opposition à « attribué », signifie présent dans l’objet.
(ISO, 2015)
Quality
EN
Ability of a set of intrinsic characteristics of an object (product, services…) to meet requirements.

Note 1. The term "quality" can be used with qualifiers such as poor, good, or excellent.

Note 2. The term "intrinsic", as opposed to “assigned,” means present in the object.
(ISO, 2015)

Événement redouté
FR
L’arbre de défaillances (ou arbre de panne) est une méthode déductive, qui fournit une démarche systématique pour identifier les causes d’un événement unique intitulé événement redouté. Le point de départ de la construction de l’arbre est l’événement redouté lui-même (également appelé événement sommet). Il est essentiel qu’il soit unique et bien identifié. À partir de là, le principe est de définir des niveaux successifs d’événements tels que chacun est une conséquence d’un ou plusieurs événements du niveau inférieur. La démarche est la suivante : pour chaque événement d’un niveau donné, le but est d’identifier l’ensemble des événements immédiats nécessaires et suffisants à sa réalisation. Des opérateurs logiques (ou portes) permettent de définir précisément les liens entre les événements des différents niveaux Le processus déductif est poursuivi niveau par niveau jusqu’à ce que les spécialistes concernés ne jugent pas nécessaire de décomposer des événements en combinaisons d’événements de niveau inférieur, notamment parce qu’ils disposent d’une valeur de la probabilité d’occurrence de l’événement analysé. Ces événements non décomposés de l’arbre sont appelés événements élémentaires (ou événements de base).

Note. Un choix judicieux de l'événement principal est important pour le succès de l'analyse. Si elle est trop générale, l'analyse devient ingérable ; s'il est trop spécifique, l'analyse ne donne pas une vision suffisamment large du système. L'analyse de l'arbre de pannes peut être un exercice coûteux et long et son coût doit être mesuré par rapport au coût associé à l'occurrence de l'événement indésirable pertinent.
(Vesely et al, 1981). Traduction en/fr proposée par F. Claude
Undesired event
EN
The failure tree (or fault tree) is a deductive method, which provides a systematic approach to identify the causes of a single event called a feared event. The starting point for building the tree is the dreaded event itself (also called the top event). It is essential that it is unique and well identified. From there, the principle is to define successive levels of events such that each is a consequence of one or more events of the lower level. The approach is as follows: for each event of a given level, the goal is to identify all the immediate events necessary and sufficient for its realization. Logical operators (or gates) make it possible to precisely define the links between the events of the different levels. The deductive process is continued level by level until the specialists concerned do not deem it necessary to decompose events into combinations of lower-level events, in particular because they have a value for the probability of occurrence of the analysed event. These non-decomposed tree events are called elementary events (or base events).

Note. A judicious choice of the main event is important for the success of the analysis. If it is too general, the analysis becomes unmanageable; if it is too specific, the analysis does not give a sufficiently broad view of the system. Analysing the fault tree can be an expensive and time-consuming exercise and its cost should be measured against the cost associated with the occurrence of the relevant adverse event.
(Vesely et al, 1981)

Défaillance (d’une entité)
FR
Perte de l’aptitude à fonctionner tel que requis

Note 1. La défaillance d’une entité est un événement qui provoque une panne de cette entité.

Note 2. Des qualificatifs tels que catastrophique, critique, majeure, mineure, marginale et non significative peuvent être utilisés pour classer les défaillances en fonction de la gravité des conséquences, selon des critères de gravité dont le choix et les définitions dépendent du domaine d’application. 

Note 3. Des compléments tels que « par mauvais emploi », « par fausse manœuvre » et « par fragilité » classent les défaillances selon leur cause.

Note 4. Une panne est une inaptitude à fonctionner tel que requis, due à un état interne.
(IEC, 2021). IEV ref. fr 192.03.01

(IEC, 2021). IEV ref. fr 192-04-01
Failure (of an item)
EN
Loss of ability to perform as required

Note 1. A failure of an item is an event that results in a fault of that item

Note 2. Qualifiers, such as catastrophic, critical, major, minor, marginal, and insignificant, categorize failures according to the severity of consequences, the choice and definitions of severity criteria depending upon the field of application. 

Note 3. Qualifiers, such as «by misuse », «by mishandling » and «by weakness », categorize failures according to the cause of failure.

Note 4. A fault is an inability to perform as required, due to an internal state
(IEC, 2021). IEV réf. en 192.03.01

IEC : IEV en 192-04-01

La fiabilité (d’une entité>)
FR
Aptitude à fonctionner tel que requis sans défaillance, pendant un intervalle de temps donné et dans des conditions données. Aptitude d’un bien à accomplir une fonction requise, dans des conditions données, pendant un temps donné.

Note. Le terme « fiabilité » est également utilisé pour désigner la valeur de la fiabilité et peut être défini comme une probabilité.
(IEC, 2021): IEV Ref. fr 192-01-24

(AFNOR, 2018)
Reliability (of an item)
EN
Ability to perform as required, without failure, for a given time interval, under given conditions The ability of an item to perform a required function under given conditions for a given time interval.

Note: The term « reliability » is also used as a measure of reliability performance and may also be defined as a probability.
(IEC, 2021): IEV Ref. fr 192-01-24

(AFNOR, 2018)

Bibliographie :

  1. Planchette, G. (à paraître). Les Cindyniques. Dans F. Claude (dir.), Risques et métiers du risque dans l’entreprise industrielle.

  2. IEC (2021).International Electrotechnical Commission. Electropedia: The World’s Online Electrotechnical Vocabulary.Consulté le 27 décembre 2021 sur https://www.electropedia.org

  3. Signoret, J.-P., & Thing Leo, G. (à paraître). La sûreté de fonctionnent. Dans F. Claude (dir.), Risques et métiers du risque dans l’entreprise industrielle.

  4. ISO. ISO 9000 :2015.Systèmes de management de la qualité – Principes essentiels et vocabulaire (Ed. 4ième). 53 pages. International Organization for Standardization.

  5. Vesely, W.E, Goldberg, F.F., Roberts, N.H., Haasl, D.F. (1981). Fault Tree Handbook.NUREG report 0492. US Nuclear Regulatory Commission.

  6. AFNOR (2018). NF EN 13306. Maintenance – Terminologie de la maintenance. Normes nationales et documents normatifs nationaux. 99 pages. Association Française de Normalisation.

  7. Lannoy, A., Planchette, G. (à paraître). La maîtrise des risques. Dans F. Claude (dir.),Risques et métiers du risque dans l’entreprise industrielle.

  8. Légifrance (2021a). Article L591-1. Consulté le 27 décembre 2021 sur https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000025108609/

  9. Légifrance (2021b). Article L591-2.Consulté le 27 décembre 2021 sur https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000032043869/

  10. IAEA (2010).The interface between safety and security at nuclear power plants. INSAG-24.Vienna : International Atomic Energy Agency.

  11. Desroches, A., Leroy, A., Quaranta, J-F., Vallée, F. (2006).Dictionnaire d’analyse et de gestion des risques.Paris : Hermes. Lavoisier.

  12. Légifrance (2021c). Arrêté du 7 février 2012 fixant les règles générales relatives aux installations nucléaires de base. Article 1.3.Consulté le 27 décembre 2021. https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000025338573/

  13. ISO. (2018a).ISO 31000 :2018 (fr). Management du risque – Lignes directrices (Ed. 2ième).16 pages. International Organization for Standardization.

  14. ISO. (2018b). ISO 31000 :2018 (en). Risk management – guidelines.16 pages. International Organisation for Standardisation.

  15. ISO. (2009). FD ISO Guide 73.Management du risque – Vocabulaire. 25 pages. International Organization for Standardization.

  16. Linkov, I., Trump, B. D., & Hynes, W. (2019).Resilience-based Strategies and Policies to Address Systemic Risks.SG/NAEC (2019)5 (36 pages). 17-18 September 2019, OECD Conference Center: Organization for Economic Co-operation and Development.

  17. Munier, B. (2006).Pourquoi et comment globaliser le management des risques dans les organisations ? Regards croisés sur l’entreprise : « l’entreprise face aux risques » (p. 9). Institut de la Gestion publique et du développement Économique, ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie.

  18. Claude, F., Munier, B. (à paraître). Le management intégré des risques. Dans F. Claude (dir.), Risques et métiers du risque dans l’entreprise industrielle.

  19. Denuit, M., Dahene, J., Goovaerts, M., & Kaas, R. (2005). Actuarial Theory for Dependant Risks. Measure, Orders and Models.Chichester, West Sussex, England: John Wiley & Sons Ltd.

  20. KROB, D. (2014).Éléments de systémique. Architecture des systèmes.Bertoz, A., Petit, J.-L. (dir). Complexité-Simplexité. Paris : Collège de France.

  21. Claude, F., Thing Leo, G. (à paraître). L’architecture du risque. Dans F. Claude (dir.), Risques et métiers du risque dans l’entreprise industrielle.

  22. * en fonction de la langue d’origine, les traductions ont été proposées par F. Claude.

 
Dernière modification : 15/06/2022