Intranet Se connecter Annuaire IMdR Annuaire IMdR
 
 
 
 

 Sécurité et sûreté des structures (3S) Actualités APPEL A CANDIDATURES

Note de Philippe Le Poac, Président d'IMdR

 

Preparing for Extreme Risks: Building a Resilient Society

 

J’ai lu avec attention le Rapport de la Chambre des Lords du Royaume Uni intitulé : « Preparing for Extreme Risks: Building a Resilient Society ».

Il m’a semblé intéressant d’en écrire une fiche de lecture. On trouvera, en fin de texte, le fichier pdf complet de cet exercice de synthèse personnel qui n’engage que son auteur.

Ce Rapport de la Chambre des Lords du Royaume Uni a été publié le 3 décembre 2021 après que la Chambre a auditionné 85 témoins durant 29 sessions entre le 25 novembre 2020 et le 23 juin 2021.

Cette audition a été initiée durant la pandémie de Covid-19. La Chambre a voulu en tirer le retour d’expérience (lessons learned) mais saisir aussi l’opportunité d’élargir la réflexion à l’ensemble du processus d’évaluation et de management des risques du Royaume Uni.

Évidemment, un citoyen français n’a pas à émettre un avis sur l’analyse et les recommandations faites au gouvernement britannique, mais le travail effectué peut servir de guide utile pour la réflexion et la transposition à notre pays.

La Chambre rappelle que les risques englobent deux notions : les dangers (hazards) arrivant sans intention malveillante et les menaces (threats) créées par une intention malveillante.

La Chambre dresse le constat des risques extrêmes auxquels le pays est confronté.

La Chambre rappelle l’organisation de l’évaluation des risques au Royaume Uni. Le Gouvernement identifie et évalue les risques selon un processus aboutissant au NSRA (National Security Risk Assessment) dont est extraite une version publique, le NRR (National Risk Register). Chaque risque est évalué de façon classique dans une matrice vraisemblance (ou probabilité) – impact (ou gravité).

Chaque risque est assigné à un Ministère responsable (LGD : Lead Government Department). Les témoins reconnaissent que ce principe du Ministère responsable est bon en théorie mais, dans la pratique, crée des silos. Chaque Ministère devrait s’intéresser aux risques qui peuvent l’affecter et pas seulement à ceux dont il est responsable.

La Chambre estime que le Gouvernement ne prend pas assez en compte la complexité et le risque de défaillances en cascade.

La Chambre propose d’utiliser la classification des risques du Professeur, Ortwin Renn, Scientific Director at the Institute for Advanced Sustainability Studies. Cette classification s’intéresse plus aux conséquences et à la façon de les gérer qu’aux causes puisque des causes différentes peuvent amener à des conséquences similaires. Les risques sont classés dans six catégories dont les noms sont inspirés par la mythologie grecque.

La Chambre estime que la résilience généralisée est la bonne réponse à la menace d’un risque de plus en plus imprévisible.

Plutôt qu’un NSRA (National Security Risk Assessment), la Chambre propose de réaliser un National Security Risk and Resilience Assessment mettant plus en évidence la préparation et la résilience. Des recommandations sont faites au Gouvernement du Royaume Uni.

Mais la résilience ne concerne pas uniquement le Gouvernement et le Parlement. Toute la société est concernée. La résilience doit devenir l’affaire de tous et il faut impliquer toute la population. La communication vers le public doit être simple et pratique.

La Chambre reconnaît que le Gouvernement du Royaume-Uni est conscient que tous les risques possibles ne sont pas pris en compte. Il se produira des événements qui n’auront pas été prévus. On les appelle couramment des « cygnes noirs ».

L’imprévu se réalisera. Et le pays doit se préparer à résister aux chocs.

Cette conclusion vaut pour tous les pays.

 

FICHE DE LECTURE PDF

 

Philippe Le Poac

Président de l’IMdR

 

Retour