EN | FR Espace privé Espace privé
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Méthodes de caractérisation et de quantification de la résilience – Etat de l’art Projets Comparaison de logiciels de traitement des incertitudes

Identification des différences de traitement des événements internes, agressions internes et agressions naturelles extrêmes, lors de l’évaluation du niveau de risque d’une installation industrielle
 
Référence : FP9

 

OBJET ET ENJEUX
Ce projet a pour objectif de comparer les traitements des événements internes, agressions internes et agressions naturelles, d’identifier leurs différences liées notamment aux différences d’hypothèses, de modélisation déterministe ou probabiliste, de résultats.
Un premier exemple est la différence de niveau de conservatisme pris entre les modélisations des événements internes, agressions internes et agressions naturelles extrêmes. En effet, pour les agressions externes, le manque de connaissance (principalement des niveaux de probabilité des évènements rares, souvent extrêmes) conduit à prendre des hypothèses conservatives pour la caractérisation du phénomène extrême et l’estimation des impacts sur l’installation étudiée.
Un autre exemple pourrait être l’adoption de critères d’acceptation différents selon la nature des évènements selon la perception sociétale des aléas (crainte collective subjective d’un phénomène plutôt qu’un autre). Un exemple serait bien.
Pour pouvoir arbitrer entre des actions d’amélioration du système vis-à-vis d’événements internes et d’agressions internes ou externes, il nous faut développer une vue intégratrice/globale de l’apport de ces actions. Après Fukushima, l’EPRI (Electric Power Research Institute) a fait l’exercice d’évaluer l’apport des modifications réalisées pour réduire le risque induit par chaque type d’événements/agresseurs internes ou externes (événements internes, inondations externe et interne, séisme) [2]. La méthode d’agrégation (Multi Hazard Risk Agregation) développée par l’EPRI qui consiste à sommer ces différents risques est très partielle et ne reflète pas explicitement les conservatismes des modèles et d’autres approximations.
Ainsi l’enjeu de ce projet est d’établir le formalisme du traitement des événements puis sur cette base, d’identifier les différences de traitement de chacune des étapes de ce formalisme en se basant sur les travaux du projet 14-1 et le niveau de maturité de ces étapes.
Ce projet sur la base des éléments du projet 14-1 doit permettre de définir « des degrés de maturité » des différentes évaluations de risque, utilisables comme données d’entrée d’aide à la décision pour l’arbitrage des actions à mener pour dimensionner au juste nécessaire les installations et leurs équipements.
 

RÉSULTATS ATTENDUS
Une formalisation du processus de traitement des événements et agressions ; une première réflexion menée par les souscripteurs du projet 14-1 lors de la réunion de REX avec l’IMdR a mis en avant une description possible :

  • sur la base de données collectées et de techniques adaptées (ex. statistiques extrêmes), évaluation de fréquences d’occurrence des événements/agresseurs,
  • évaluation d’un profil de chargement,
  • évaluation des résistances,
  • évaluation des impacts de ce profil de chargement sur le système.

Une identification des méthodes pour la prise en compte des différences de traitement de ces événements/agressions dans les approches probabilistes dans les décisions.

 

PROGRAMME DES TRAVAUX
Ce programme est donné à titre indicatif. Il sera bien évidemment précisé dans un cahier des charges, si le projet a un nombre suffisant de souscripteurs, en fonction de leurs besoins.

 

VOIR LA FICHE COMPLÈTE

 

Pour toute information administrative ou technique relative à la souscription où à la conduite d'un projet, adressez-vous à : 

Ali ALJARF, Délégué Technique 

Tél : 01 45 36 49 50

 

Retour