x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

Informations trimestrielles Haut de page
Edito du président Lettre d'informations

 L'édito trimestriel du Président

 

 

 

Les 14 et 15 novembre 2017, l’IMdR a organisé avec succès Les Entretiens du Risque 2017 au Carré des Sciences sur le thème « Le déni du risque : de l’attitude individuelle à la gouvernance des organisations ».

Il faut remercier Myriam Mérad, Directeur de Recherche au CNRS, d’avoir présidé le comité de programme de ces Entretiens du Risque ainsi que tous les autres membres du comité. Le programme qui avait été composé était de grande qualité avec des intervenants de haut niveau. Et il faut remercier toutes les personnes qui sont intervenues pendant ces deux jours.

Le prochain numéro d’IMdR Info présentera la synthèse détaillée de cette manifestation.

Gérald Bronner, professeur de sociologie et membre de l’Académie des technologies, ainsi qu’Etienne Klein, physicien et philosophe des sciences, directeur de recherche au CEA et membre de l’Académie des technologies nous avaient fait l’honneur de commencer chacune de ces deux journées. Gérald Bronner a discuté de la propagation des peurs contemporaines dans un monde de l’information totalement dérégulé. Etienne Klein nous a proposé une réflexion historique et philosophique sur les mots et les concepts « progrès » et « innovation ».

Gérald Bronner et Etienne Klein ont écrit en mai 2016 un rapport de l’Académie des technologies intitulé « La perception des risques – Un enjeu pour les sciences et les techniques ».

Dans ce rapport, les auteurs rappellent que nous ne pouvons pas connaître à l’avance toutes les conséquences de nos actes. Dans le domaine des sciences et des techniques, on peut citer des innovations qui ont révélé tardivement des effets néfastes : l’amiante par exemple, diffusée largement grâce à ses propriétés thermiques remarquables. De fait, il n’est jamais possible, pour tous ceux qui innovent d’apporter la preuve complète de l’absence de risque.

Ce constat amène certains, au nom du principe de précaution devenu principe de suspicion, à refuser tout progrès faute de certitudes absolues.

Pourtant, les sciences et les techniques ont permis des progrès indéniables pour l’humanité : la durée et la qualité de la vie dans les pays développés en témoignent.

La question est donc posée : comment innover sans connaitre à l’avance toutes les conséquences de l’innovation ?

 

Philippe Le POAC

Président de l'IMdR
37 1er trimestre 2018 Consulter

2017

36 3è trimestre 2017 Consulter
35 2è trimestre 2017 Consulter
34  1er trimestre 2017 Consulter

2016

33  3è trimestre 2016 Consulter
32 2è trimestre 2016 Consulter
31 1er trimestre 2016 Consulter

2015

30
 4è trimestre 2015 Consulter
29
2è trimestre 2015 Consulter
28
1er trimestre 2015 Consulter

2014

27
4è trimestre 2014 Consulter
 26 1er trimestre 2014 Consulter

2013

25
4è trimestre 2013 Consulter
24 2è trismestre 2013 Consulter
23 1er trimestre 2013 Consulter

2012

 22 4è trimestre 2012 Consulter
21 2è trimestre 2012 Consulter

2011

20 4è trimestre 2011 Consulter
19
2è trimestre 2011 Consulter
18 1er trimestre 2011 Consulter

2008

17
4è trimestre 2008 Consulter
16
3è trimestre 2008  Consulter

2007

 15 4è trimestre 2007
 Consulter
 14 2è trimestre 2007
 Consulter
13
1er trimestre 2007
 Consulter

2006

11 2è trimestre 2006
Consulter
10 1er trimestre 2006
 Consulter

2005

9
3è trimestre 2005
 Consulter
8 2è trimestre 2005
 Consulter
7
janvier 2005
 Consulter

2004

6 octobre 2004
 Consulter
5 juillet 2004
 Consulter
4 avril 2004
 Consulter

2003

3 décembre 2003
 Consulter
2 août 2003
 Consulter
1 avril 2003
 Consulter