x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

DescriptionHaut de page

 Thème

 Groupes régionaux

 Titre

 Détermination d’une méthode analyse de risques pour PME/TPE (Rhône Alpes)

 Animateur

 Christian TALAVERA (Calleo)

La méthode comprend deux aspects à la fois distincts et très liés : l’audit global lui-même (un contenu technique et sa mise en œuvre spécifique (une démarche). La forme d’auto diagnostic s’inscrit dans la méthode car elle seule permet de développer la responsabilisation du dirigeant et de son équipe à l’égard des vulnérabilités de l’entreprise, d’assurer une prise en compte minimale des préconisations et de permettre un certain transfert de l’appréciation (apprentissage) des vulnérabilités et de son évolution dans le temps. Il faut mobiliser positivement les partenaires de l’entreprise sur un territoire opérationnel. Il est intéressant que cet audit soit réalisé avant la survenance d’un aléa pour préparer à la situation post aléa, en accompagnement efficace du chef d’entreprise. Enfin la méthode est avant tout un OUTIL pour le chef d’entreprise, qui lui permet de dialoguer avec l’ensemble de ses partenaires publics et privés, dans le souci constant de rechercher la pérennité de son entreprise. Il reste évident qu’en PME-PMI la hiérarchisation des vulnérabilités relève directement de la stratégie choisie par le chef d’entreprise et non par ses partenaires. La décision finale d’agir ou non, revient exclusivement au chef d’entreprise lui-même. La concrétisation d’un risque résulte de l’apparition d’un évènement perturbant l’état de stabilité d’une menace ou d’un danger potentiel.

Un risque résulte de l’interaction entre 2 types d’éléments :
 . les points névralgiques, éléments de l’entreprise dont la perte, la défaillance, l’indisponibilité entraîneraient des répercussions financières, sociales ou économiques critiques pour celle-ci.

 . les points dangereux, éléments de l’entreprise ou situations, sources des évènements perturbateurs concrétisant la menace ou le danger potentiel.

La maîtrise des risques qui passe par :
 . l’expression d’une « politique de sécurité » de l’entreprise définissant un niveau de risque acceptable.

 . le recensement exhaustif des risques dépassant le niveau acceptable par la mise en œuvre de mesures ou moyens de transfert du risque (assurance), de suppression, de prévention, de protection.

LES ETAPES DE LA METHODE
Résiliation d’un « audit de vulnérabilité » recensant les divers points dangereux de l’entreprise et les évènements perturbateurs qu’ils sont susceptibles d’engendrer sur la base d’une check-list organisée par grandes fonctions. Rédaction d’une «matrice des risques» permettant la quantification de chaque risque en fonction de tables simplifiées des probabilités d’apparition de l’évènement perturbateur et de l’importance des conséquences qu’un sinistre induirait. Formalisation de la politique de sécurité découlant des aspirations et contraintes du chef d’entreprise. Sélection des risques à maîtriser sur la base des éléments ainsi recueillis. Pour chaque risque, rédaction d’une «fiche de risque» pour choisir les mesures et moyens envisageables de réduction du risque au niveau acceptable, comparer les solutions et planifier leur mise en œuvre. Mettre en œuvre les moyens et mesures retenus. Contrôler leur efficacité et actualiser régulièrement ces mesures et moyens..


Espace d'échangesHaut de page

Pour accéder à l'espace d'échange du GTR

Cliquez-ici

Cet espace est réservé aux membres du GTR. Pour y accéder vous devez vous identifier


Prochaine réunionHaut de page