EN | FR Espace privé Espace privé
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L'édito

L'édito trimestriel du Président

Il faut parler anglais pour se comprendre !

 

Le congrès Lambda mu 21 est maintenant passé. Ce fut un grand succès et nous ne pouvons que nous en réjouir pour l’IMdR.

 

J’ai été frappé, une fois de plus, lors des présentations et des échanges, par le fait que pour nous comprendre entre nous, nous devons parler anglais.

 

Si on dit safety et security, on se comprend.

 

Mais si on essaie de traduire en français, on ne va pas être tous d’accord.

 

La safety concerne la protection des personnes, des biens et de l’environnement contre les risques que pourraient créer un système.

 

La security concerne la lutte contre la malveillance qui pourrait menacer le système. La malveillance numérique est alors la cybersecurity.

 

Les problèmes commencent quand on parle français.

 

La protection des personnes, des biens et de l’environnement, c’est la sécurité. C’est bien ainsi que l’on comprend la sécurité du travail et le travail d’un Ingénieur de Sécurité d’Etablissement.

 

La lutte contre la malveillance, en français, c’est la sûreté. Au niveau du pays, il a la sûreté nationale et dans les entreprises c’est le directeur de la sûreté qui s’en occupe.

 

La cause pourrait donc apparaître entendue : la safety, c’est la sécurité et la security, c’est la sûreté.

 

C’est bien ainsi que nos collègues de l’ICSI (Institut pour une culture de sécurité industrielle) entende la sécurité et ils parlent en anglais de safety education et ils ont leur Safety Academy, leur centre de ressources multimedia dédié à la culture de sécurité.

C’est la première logique.

 

OUI MAIS...

 

Il y a une seconde logique car d’autres usages se sont également établis.

 

Ainsi, de longue date, la nuclear safety a été traduite en sûreté nucléaire et c’est bien la signification des lettres SN dans ASN et IRSN. Si l’on voulait respecter la logique précédente, on devrait parler de sécurité nucléaire.

 

A l’inverse, en matière de malveillance numérique, on parle de sécurité des systèmes d’information et c’est bien la signification des lettres SSI dans ANSSI... et on parle de cybersécurité. Le faux ami security nous a joué des tours. Pour respecter la logique précédente, il faudrait parler de sûreté des systèmes d’information et de cybersûreté.

 

L’IMdR n’a pas de préférence et se borne à pointer le manque de cohérence dans le langage. Il semble que la première logique ait plus de légitimité et l’IMdR est prête à la défendre.

 

Mais on peut préférer l’inverse.

 

Et on peut se contenter de vivre avec ces problèmes de langage et expliquer en permanence ce qu’on entend par sécurité et sûreté. La force des usages est telle que cela est l’hypothèse la plus vraisemblable...

 

On continuera alors à parler anglais pour se comprendre !

 

Philippe Le POAC
Président de l'IMdR​

(en savoir plus)

 

 
Dernière modification : 07/11/2018